Logo CFPTS

Edito

Il y a maintenant 40 ans, le CFPTS est né d'une volonté commune, partagée à la fois par les salariés et par les entreprises du secteur, de créer un outil de formation au service de toute la profession. Les employeurs, des théâtres privés aux prestataires de service en passant par les grandes structures nationales, sont présents au conseil d'administration, où ils siègent aux côtés des représentants des salariés. Les formateurs sont des professionnels en exercice, au fait des évolutions techniques les plus pointues. Ainsi, c'est tout le CFPTS qui vit en osmose avec la profession, pour qui il est une référence dans son domaine.

À une époque où la formation prend une place de plus en plus importante dans la recherche d'emploi, le CFPTS permet de cette façon à ses stagiaires, qu'il s'agisse de jeunes en apprentissage, de professionnels venus se perfectionner ou de salariés en voie de reconversion, de bénéficier de formations reconnues par l'ensemble du monde du spectacle vivant.

Cet héritage du paritarisme, le CFPTS le fait fructifier en étoffant son offre, aussi bien dans le domaine des formations catalogue que dans celui des actions à la carte commandées par les entreprises. Peu à peu, au fil des années, son action s'est étendue à l'ensemble des champs professionnels du spectacle, intégrant des domaines aussi divers que le cirque, les parcs d'attractions ou les exploitations cinématographiques.

L'exhaustivité de l'offre, unique en France et même en Europe, est devenue l'un des atouts majeurs du CFPTS. Ici, les stagiaires de tous les horizons se croisent et se rencontrent, au gré de leurs formations. Ils peuvent confronter leurs vécus professionnels, apprendre à considérer leurs métiers à travers d'autres perceptions
et se constituer un réseau, essentiel dans une filière où les embauches se passent souvent de petites annonces.

Le CFPTS, tout comme ses stagiaires, ne peut pas se reposer sur ses acquis, et est tenu d'évoluer en permanence. Participation sans cesse plus étoffée à des projets européens, échanges internationaux, réflexions et innovations dans le domaine de la formation initiale, les pistes explorées sont multiples. La modernisation est un processus continu, et les importants travaux entamés sur le site de Bagnolet illustrent la façon dont nous comptons la poursuivre : malgré leur ampleur et leur durée de plusieurs années, aucune formation ne sera annulée et la qualité de service ne sera pas revue à la baisse. Investir dans l'avenir sans jamais hypothéquer le présent, telle est la base de notre engagement.

Patrick Ferrier
Directeur général du CFPTS